QUELQUES MOTS A PROPOS DE MON TRAVAIL:

 

Eh bien…, mes dessins, de petit ou grand format mettent en évidence l’expression et l’émotion. Pourtant, la majorité d’entre eux, à contre - courant de l’expressionnisme dégagent une ambiance de gaîté, provoquant chez celui qui regarde un sourire ou même un rire franc. L’auteur joue avec ses personnages qui jouent entre eux et à leur tour, taquine  avec humour le spectateur.

L’insolite et l’enfantin qui entrent en interaction à tous les niveaux du dessin, sont soutenus par le manque d’ombre, le premier plan dominant, et les couleurs simples, joyeuses, juteuses mais aussi impolies, tachées, voir fâcheuses dans leurs combinaisons. D’ailleurs les couleurs, appuyées par les traits et les lignes, elles auss content une histoire à leur façon.

Or, il ne s’agit pas d’une narration aboutie ; en vain nous essayerons de saisir dans les paroles ce qui se passe précisément sur la feuille dessinée. Puisque le geste du dessinateur, la spontanéité, l’expression plastique en elle - même, se montrent plus importants que les mots éventuels à mettre sur les images. La disproportion et la déformation, une jambe ou un œil « zoomé », aident paradoxalement au juste ressenti d’un tableau accompli.

Dans la torsion du corps, à travers le bras tendu invraisemblablement, il y a toujours la recherche d’une certaine harmonie. Voilà, pourquoi un regard malicieux prétend être équilibré par le sourire béant et la masse de couleur par un contour bien précis.

Ma façon de voyager entre le collage et le dessin, entre le crayon et la peinture, entre le trait et la tache permet d’accentuer la poésie des personnages mais, il est vrai que cela, ne facilite pas la lecture, surtout que le monde présenté est particulièrement dense et souvent en mouvement. Il veut suggérer l’existence d’un autre monde et tout en flirtant avec le réel, invite à deviner le non dit, le suspendu, la promesse cachée en l’être humain. Pourtant, simple ne signifie pas facile.

Il, ce personnage dessiné, n’a pas besoin pour sa définition et son entièreté de nombreux accessoires, ni de décors définis. Fait de mes mains, il a ses propres mains, mains – gants, mains - râteaux  ou pelles, dentelles ou ailes qui suffisent pour que son portrait soit l’acteur d’un évènement, d’une situation lyrique, de l’indéfinissable. Il est, ce dessin effectué, à l’image d’un lui, d’une elle, mais aussi de moi…

Compteur d'affichages des articles
76809